Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 08:18

La leçon ne sera pas perdue pour DE GAULLE qui enverra LUIZET prendre en main la préfecture de police de Paris, quelques jours avant la libération.

La direction régionale du Parti communiste installe son siège place des Palmiers et le Comité départemental du Front National délibère. Une délégation est désignée pour prendre contact avec le C.F.N.L. (Comité français de la libération nationale –gouvernement provisoire installé à Alger) et le mouvement de la France combattante à Alger.

A Ajaccio arrivent de tous les coins de Corse, des gens prêts à se battre. En quelques heures, le Bataillon de choc recrute une 4ème compagnie.

Le 17, à 1 heure du matin, accostent à Ajaccio le Fantasque, l’Alcyon et le Tempête, ayant à bord 550 hommes (1 bataillon du 1er régiment de tirailleurs marocains) ainsi que le général MARTIN.

Après l’arrivée du général MARTIN, l’aide aux patriotes se dessine. Il donne l’ordre au bataillon d’entrer au contact de l’ennemi, ce qui sera réalisé à partir du 20 septembre à Sotta, du 21 à Conca, du 22 à Aleria et du 28 en Casica.

Les faits d’armes sont trop nombreux et trop éclatants pour qu’on puisse les évoquer par une sèche énumération.

Pendant trois semaines, Bastia va connaître la dure loi de l’occupation hitlérienne. Plusieurs patriotes tomberont sous le feu des Allemands et cela jusqu’au 3 octobre.

Le 22 septembre, GIRAUD part pour Sartène où « les insurgés ont à eux seuls, repoussé les Allemands à l’Est de la route de Sartène à Corte ». Le village de Levie (Alta Rocca) se leva face aux soldats de la division SS Reichsführer ; cet acte lui a valu d'être honoré par l'attribution de la Croix de guerre avec palme et une citation à l'Ordre de l'armée. « Les insurgée ont fait merveille » donnant « un exemple qui deviendra, certainement, un classique de la guérilla en milieu montagneux.

Le 23, GIRAUD confère avec le général MARTIN. Le général LOUCHET reçoit l’ordre « d’entrer au plus tôt dans Bastia ».

Les patriotes ne sont pas représentés au conseil de guerre qui a fixé l’objectif principal. Les experts militaires se demandent, aujourd’hui, si ce choix fut judicieux.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens