Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 11:08

L’autre soir, pour parler du chômage et de ses remèdes, Pierre Larouturou était invité à ‘’C à dire’’ par Axel de Tarlé, vous savez l’Iznogoud de la cinq, celui qui aimerait bien prendre la place du Calife. Ce même Calife qui doit regretter le temps où son maître était le  (petit) grand Vizir de la république. Ah ! Le bon temps des talonnettes et des injures fielleuses. Bref ! La basse-cour a été purgée ; mais il reste les tas de fumier. Pardon, je reviens à mon sujet : chômage et remèdes.

En ce début d'année 2013, l'accroissement du chômage devient véritablement angoissant. Or, les gains de productivité réalisés par nos économies ont été colossaux ! Mais c'est le marché qui répartit le travail, un partage sauvage du travail. D'où ces cohortes de chômeurs.

Cependant il existe d’autres options : par exemple la répartition par le débat, la négociation, voire le référendum.  Dans son bouquin "Le livre noir du capitalisme", Pierre Larrouturou écrit : "Le seul moyen de rééquilibrer le marché du travail pour augmenter vraiment les salaires, le meilleur moyen de relancer la croissance, le meilleur moyen aussi de sauver les retraites, c'est de s'attaquer frontalement au chômage. Ce qui passe - entre autres actions - par une forte baisse du temps de travail." Question cruciale !

En France, dans 400 entreprises la semaine de 4 jours (32 heures !) est une réalité.

Fleury Michon, Mamie Nova (Coop Even), Monique Ranou, Télérama mais aussi des centaines de PME inconnues : une auto-école à Rouen, un fabricant de logiciels à Chambéry, un charpentier près de Bordeaux, une coopérative d'insémination porcine à Pau, un imprimeur dans le Nord, une concession Peugeot dans le Var, un libraire, un chauffagiste, une agence de pub à Paris... (Il faut voir avec quel soin Larrouturou détaille les modalités dans ses exemples précis !) Comment se fait-il que nous n'en entendions pas parler... ?  

 ''Impossible pour les PME!'' beugle le MEDEF. Voyez plutôt l'exemple de Laurence Parisot qui a longtemps partagé son temps entre les deux entreprises qu'elle dirigeait  et le MEDEF! Bonjour le ''temps plein''... D'ailleurs les responsables du MEDEF sont la preuve vivante que la semaine de quatre jours est possible, même pour des postes à responsabilité! Un argument qu'ils détestent car il va contre leurs raisons idéologiques!

Pourquoi ces propositions argumentées de Pierre Larrouturou ne font-elles pas l'objet d'un débat ? Pourquoi ? D’ailleurs, mardi soir, sur Canal+ la ci-devant Laurence n’a pas caché son désir de postuler pour un troisième mandat. Ce qui est contraire aux statuts en vigueur au sein du Medef ; un premier mandat de 5 ans et un second de 3 ans. Et basta ! Mais la Gorgone ne reculera devant rien ; on peut lui faire confiance. Les statuts ça se modifie.

Pourquoi François Hollande, quand il était premier secrétaire du PS laissa la commission ‘’Economie du parti’’ dormir... ?

Tout d'abord, il ne fallait pas critiquer le gouvernement Jospin. Puis la catastrophe de 2002 passée, Hollande retrouvant des mains libres, n'organisa plus de débats de fond (!) Il ne voulait pas que le bilan Jospin devienne le bilan Hollande, toujours premier secrétaire. En fait, c'est que Hollande voulait  être le candidat du parti en 2007, déjà ! Mais pour quoi faire ?

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 10:34

A 56 ans, l'ex leader de la CFDT échappe au sort du commun des seniors et commence une nouvelle vie à l'Inspection générale des Affaires sociales.

L'ex-secrétaire général de la CFDT — qui a quitté ses fonctions fin novembre, passant le témoin à Laurent Berger — a été nommé jeudi en Conseil des ministres "inspecteur général des affaires sociales" sur proposition des ministres Marisol Touraine et Michel Sapin.

A compter du 7 janvier, ce social-traître avéré, qui estime qu'augmenter le Smic pénalise les entreprises (les salariés, il s'en fout), "évaluera les politiques sociales afin d'éclairer la décision publique"...

L'IGAS, nouvel employeur de M. Chérèque, est un service interministériel de contrôle, d'audit et d'évaluation des politiques sociales qui réunit 130 experts de la "cohésion sociale" (famille, protection de l'enfance, lutte contre l'exclusion, travail social…), de la protection sociale (Sécu, prestations…), du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et de la santé. L'IGAS est, avec le Conseil d'État, la Cour des Comptes et l'Inspection générale des finances (IGF), l'un des grands corps administratifs de l'État où la patrie reconnaissante recase ses "fleurons" : ainsi Fadela Amara, déplorable secrétaire d'État chargée de la Ville du gouvernement Fillon 2, y fut nommée en janvier 2011 avec un salaire d'entrée de 8.000 € par mois hors primes.

Pour la petite histoire, un inspecteur général en fin de carrière perçoit en moyenne 124.144 € annuels. Bref : c'est une bonne planque.

Et, selon la presse, M. Chérèque devrait également prendre la présidence du think-tank Terra Nova, fondation proche du PS et longtemps dirigée par feu Olivier Ferrand.

0n le sait, la CFDT est un peu la branche syndicale du Medef. Chérèque, lui, en est un gland notoire.

*Texte envoyé par une amie

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 15:43

Trois dames d’une soixantaine d’années en compagnie de deux jeunes gens ; une fille et un garçon. A côté d’une tablette posée sur des tréteaux, beaucoup de cartons vides et quelques chariots. Les bénévoles de la Banque alimentaire vont passer leur journée à distribuer la liste des denrées utiles et à collecter les dons. Cela ira d’une boîte de café à bien plus… Un caddie entier ? Pourquoi pas ! Des enfants, encouragés par leurs parents, seront tout heureux et tout fiers d’apporter quelques conserves ; on leur fera un grand sourire, et, en eux confusément, bien meilleure qu’une cuiller de Nutella, ils goûteront cette douceur d’humanité que les grands appellent SOLIDARITÉ ou BONTÉ. Forcément, des indifférents, des septiques, des qui n’ont pas le temps passeront, et même des opposants. Si, si, il y a des opposants et féroces. Mais ceux-là se garderont bien de moufter, on les renverrait dans leurs   dépotoirs. En famille, avec les copains, parmi leurs semblables enfin, ces blattes exprimeront l’ordure de leur pensée, pensée qui tient à quelques idées répugnantes. Ceux-là raconteront qu’ils ont vu des gens roulant carrosse aller se ravitailler dans les centres de distribution, qu’ils ont vu des ivrognes se plaindre de l’absence de pinard, qu’ils ont vu des gens faire la fine bouche et même réclamer du caviar.

Ceux-là colportent des informations brutes visant à discréditer les organisations humanitaires, car les Banques alimentaires et les Resto du cœur, outre les dons en vivres, entièrement redistribués reçoivent aussi de l’argent. Alors, les abjects abrutis conforteront leur saleté en démontrant que ces associations se goinfrent puisque l’argent, lui, n’est pas totalement reversé. Viciés dans leur tête, ils escamoteront ainsi une simple réalité économique. Les associations dépensent en locaux divers, bureaux et entrepôts, en matériel, en logistique, le carburant ça coûte, l’électricité ça coûte, la gestion ça coûte et même l’horreur suprême ! Certains personnels sont rémunérés pour le travail fourni, pas bien grassement on s’en doute, mais il y a des salariés. Quel scandale, éructent ces tordus. Ne donnant jamais, ils ignorent que les comptes certifiés sont produits et n’ont jamais été contestés. Parmi ces saboteurs, quelques tartuffes stercoraux diront avec les uns qu’ils approuvent ces campagnes et qu’ils les soutiennent. Mais en compagnie de leurs complices puants n’auront pas assez d’exemples et de mots pour souiller ces actions humanitaires. Quels bénéfices tireront t’ils de ces infamies ? On s’en doute, comme les démunis il y a beaucoup de gens dont ils veulent le rejet et l’anéantissement. Ils auront ainsi œuvré pour leur funeste croisade.

Heureusement, ces propos fétides resteront discrets. On les tiendra en famille, dans l’arrière-salle d’un bistro, autour d’un comptoir mal famé. Tiens ! Je suis certain qu’on ne verra pas de telles ignominies sur les blogs. Car jamais on osera les exprimer publiquement. Sauf, si à l’instar des cons qui ont la réputation de tout oser (en référence à notre maître, Michel Audiard), les salauds se mettent à en faire autant.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 13:41

 

- Bonjour ! C'est la réception ? J'aimerai parler avec quelqu'un à propos d'un patient qui se trouve chez vous.  J'aurai souhaité connaître son état de santé. Savoir s'il va mieux ou si son problème s'est aggravé.

- Bonjour Monsieur, quel est le nom du patient ?

-Il s'appelle Jean Dupont et il est à la chambre 302.

Ne quittez pas ! Un instant je vous prie, je vous passe l'infirmière.

*Après une longue attente :*

- Bonjour, ici Françoise l'infirmière de service. Que puis-je pour vous ?

-Bonjour, j'aimerai connaître l'état du patient Jean Dupont de la chambre 302.

-Un instant je vais essayer de trouver le médecin de garde.

*Après une plus longue attente :*

-Bonjour, ici Le Dr. Jean, médecin de garde ; je vous écoute.

- Bonjour Docteur, je voudrai savoir quel est l'état santé de Monsieur Jean Dupont, qui se trouve chez vous depuis 3 semaines à la chambre 302.

- Un instant, je vais consulter le dossier du patient.

*Après encore une autre attente :*

- Hum ! Le voici : IL a bien mangé aujourd'hui, sa pression artérielle et son pouls sont stables. Il réagit bien aux médicaments prescrits et normalement on va lui enlever le monitoring cardiaque demain… Si tout continue comme cela, encore 48 heures et son médecin signera sa sortie d'ici le week-end.

- Ah ! Ce sont de nouvelles merveilleuses ! Je suis fou de joie. Merci.

- A votre façon de parler, je suppose que vous devez être quelqu'un de très proche, certainement de la famille ?

- Non, Monsieur ! Je suis Jean Dupont lui-même. Et je vous appelle du 302. Tout le monde entre et sort de ma chambre. Et personne ne me dit rien...Je voulais juste savoir comment je me porte ! Merci bien !

 

Transmis par un médecin du CHU*, *Qui l'estime "assez réaliste"...*Ça fait peur !*

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 11:35

Depuis quelques temps, je sens la moutarde me monter au nez. Y vais-je ? N’y vais-je pas ? Je suis, ainsi, tenté de m’avancer sur ce terrain peu stable, où la moindre réflexion mal exprimée ou mal interprétée peut mettre le feu aux poudres de la morale, face à des parangons de vertu, qu’elle vienne du laïc ou du religieux. Je n’ai pas la prétention de détenir, ne fusse que le moindre atome de vérité sur le sujet. Je risque de me faire tancer vertement par quelques amis qui n’ont pas les mêmes idées –idéaux, le terme est mieux adéquat- que moi. Et, comme chacun le sait, j’ai pour mes amis une incommensurable considération. Penser que je puisse leur être désagréable, me chagrine abondamment. D’un autre côté, je me dis qu’il faut, de temps à autre, savoir faire la part des choses, et, quitte à demander pardon, se laisser aller. Je prends, donc, la liberté d’un écart épistolaire, exalté par votre immarcescible discernement.

Je veux parler du ‘’mariage pour tous’’. Je sais, je sais. Je n’ai pas été préparé à la ‘’marche sur les braises ardentes’’, et je supporte, très mal, les talons aiguilles. Mais là, enfermé dans mon bureau, seul devant ma cyber-machine, les pieds dans mes charentaises, je trouve un semblant de courage pour vous entretenir sur ce que je pense à ce sujet, épineux au demeurant, je l’avoue. Ce que je pense ne concerne que moi et moi seul. Mais je veux, ici, l’exprimer.

Que l’on soit pour ou contre le mariage gay (j’ai du mal à prononcer ou à écrire gay, lesbienne, homo, arabe, juif, noir… enfin, vous m’avez compris) le ‘’mariage pour tous’’, le terme n’est pas surfait, chacun de nous aura ses raisons ! Si tant est que le sujet nous touche. Car si n’entrons pas dans cette catégorie, en quoi le sujet nous concerne t-il ? Que l’on demande aux personnes concernées d’être adultes, majeures et responsables ; et encore que… Par contre, quand je vois les personnes qui manifestent dans la rue contre ce ‘’mariage pour tous’’, j’en suis comme deux ronds de flan. Par exemple, et aux premiers rangs, responsables politiques et religieux. Forcément, je me pose la question de savoir quel est l’objet de leur présence ? D’abord, le représentant de l’islam, religion qui autorise la polygamie et la répudiation, qui préconise la charia et qui soutient le mariage obligé des trè jeunes filles (10, 12 ans) contre leur gré mais avec l’autorisation du ‘’père’. Ou le chameau est mieux considéré que la femme. D’après Christopher Hitchens, l’islam est ‘’violente, irrationnelle, intolérante, alliée au racisme, au tribalisme, au sectarisme, revêtue d’ignorance et hostile à l’investigation libre, dédaigneuse des femmes et coercitive envers les enfants’’. Ensuite le représentant de ‘’l’église catholique’’. Cette dernière qui refuse le mariage à ses membres et qui compte parmi ses rangs une cohorte de prêtres pédophiles. Mais le plus triste c’est la protection, au plus haut de la hiérarchie apostolique, dont sont pourvus ses immondes individus. Encore récemment, en Allemagne, l’Eglise catholique interrompt le travail d’un chercheur ‘’ Le travail de recherche sur les actes pédophiles au sein de l'Eglise catholique allemande est suspendu, rapporte le quotidien conservateur. La conférence des évêques veut changer d'interlocuteur sur ce dossier, après avoir officiellement rompu le 9 janvier le contrat signé en juillet 2011 avec l'Institut de criminologie de Basse-Saxe. Selon l'Eglise, "la relation de confiance entre le directeur [de l'institut] et les évêques allemands est anéantie". Le chercheur dénonce de son côté l'attitude de religieux, notamment du diocèse bavarois de Munich et de Freising’’.       

Enfin les religieuses : elles qui ont choisi, toutes, d’être mariées avec le divin et refusent l’enfantement pour se consacrer entièrement et uniquement à Dieu.

Et ces gens là descendent dans la rue pour manifester contre la  reconnaissance d’égalité. Ils veulent donner des leçons de démocratie et préconisent, entre autre,  un ‘’Référendum’’. Voici la définition du référendum : ‘’Consultation directe du peuple à propos d'une question législative ou constitutionnelle ‘’. D’abord, est-il nécessaire de pondre des lois pour savoir comment les gens veulent vivre leur sexualité ?  Et puis le droit à l’adoption existe déjà pour les célibataires. Et les femmes peuvent accoucher en parent célibataire. Alors !

Il serait bon de rappeler à tous ces calotins que le ‘’clergé’’, la ‘’noblesse’’ et le ‘’tiers-état’’ c’est fini. Le ‘’concordat de 1801’’, à part l’Alsace-Lorraine, ne concerne plus le territoire Français et que la séparation de l’église et de l’Etat l’a remplacé en 1905. Et s’ils ont du temps à perdre qu’ils reprennent le chemin des croisades et de l’évangélisation. Ca leur fera visiter du pays et entretenir leur jeunesse.

Quant aux responsables de l’UMP ; dans l’ensemble ils sont contre. Mais pas contre le ‘’mariage pour tous’’ non ! Contre le gouvernement. Et surtout, quand nous prenons exemple sur les pays qui ont déjà libéré le mariage pour tous, ces braves bougres de l’uèmepé se révoltent : quelle comparaison ! Se gênent-ils eux, encore aujourd’hui, pour tout comparer avec nos voisins, même l’incomparable, du moment qu’ils semblent mieux placés que nous ? A ceux-là se sont des coups de pieds au cul qu’il faut leur distribuer !

Quand, dans ce pays de France,  allons-nous laisser les personnes adultes vivre leur vie comme ils l’entendent, tant que chacun respecte la vie des autres, évidemment ?

J’espère que dimanche, les éléments célestes se déchaîneront et déverseront une douche bien froide sur la tête de ces opportuns qui n’ont rien à faire que d’empêcher le terre de tourner.  ‘’Père pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font’’.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 15:24

Sérieux et terne, derrière vos lunettes cerclées d’acier (ho ! pardon, d’or blanc), avec, de temps en temps, un sourire avare lorsque vous traitez celui dont vous parlez (mais qui est absent, évidement) d’imbécile ou d’incompétent. Froid et monolithique, vous ne vous  animez que pour balayer toute contradiction avec la suffisance d’un huissier sûr de son droit et de ses connaissances. Vous moulinez du caricatural, estoquez de l’invérifiable.

Vous l’ami fidèle des experts inféodés à son altesse Nico 1er,  les Thréard, Roquette, Ray, Perrineau, Jeudy, Godet et Dominique Reynié dont on nous tait les agissements au sein du ‘’think tank’’ ultralibéral Fondapol, le lobbying de M. Lefebvre et de sa Sté Pic Conseil, et grandissime  esprit de ‘’C’ dans l’air’’.  Ah ! Pardon : j’oubliais l’affreux Barbier…’’C dans l’air’’ ! Une de vos apparitions préférées, sous la houlette de l’incontournable Yves Calvi qui raffole de vous et de vos comparses et dont on comprend mieux les invitations.  L’argent du service public doit-il servir  à alimenter des émissions au cours desquelles vous cassez du ‘’gouvernement de gauche’’. C’est le respect de ‘’la Liberté de la Presse’’ me direz-vous !  Nous sommes entièrement d’accord : mais que ne l’avez-vous appliquée, cette Liberté du temps de Monsieur Le Nain, dont vous étiez un membre éminent du cabinet. Dans cette jungle d’économistes et de politologues véreux,  uniquement intéressés par la brosse à reluire et la haute finance, vous êtes un des meilleurs sujets. Vif en verbe, vous savez tout sur l’économie Française et Européenne, vous avez tout compris et vous avez des solutions à tout. Que n’en avez-vous usé du temps de votre obédience auprès de Nico-Badinguet à la tête de l’Etat ? Vous proférez des inepties et pratiquez ce bon sens qu’Henry Dunant nommait : ‘’la médiocrité’’. Votre assurance vous la puisez dans des affirmations que seuls, vous et ceux qui vous côtoient, distillez au fil des médias, de la presse écrite et parlée. Je vous donnerai juste un exemple glané au cours d’une de vos prosopopées à ‘’C’ à dire’’, interviewé par le non-moins affidé Axel de Tarlé, petit doigt sur la couture et mèche sur le front. Souvenez-vous, ce 4 janvier 2013 ou vous osez affirmer que nous pourrions battre les allemands en favorisant ‘’les entreprises’’, en baissant le coût du travail et que les 20 milliards d’euros de crédit d’impôt alloués au patronat, ne sont que roupie de sansonnet. « Le décalage de rentabilité avec les allemands, dites-vous, est de…120 milliards d’euros ». Forcément, il n’y a que vous pour faire de telles comparaisons et, surtout, les comprendre. Et s’agissant de Depardieu –«A aucun moment, on nous dit que c’est un homme exceptionnel qui a rendu des services extraordinaires au cinéma et à la France. On le décrit comme une grande fortune, d’un revers de main. C’est un grand acteur, un entrepreneur qui a versé 100 millions d’impôts » (il en a gagné au moins 400).  Surtout lorsque l’on sait que les sous- évaluations sont pléthoriques et les stratégies de contournement très nombreuses au sein de la finance et du fisc. Citez-nous donc, quels sont ces services extraordinaires rendus à la France, vous qui savez tout. Et quand vous dites : «  On n’est plus capable de se dire quels sont les gens qui créent, qui se battent, qui apportent à la France par rapport à ceux qui sucent l’argent public continuellement ». Mais dites-moi ; ignorez-vous, à ce point, que le cinéma français et par contrecoup les acteurs profitent des subventions publiques versées au septième art ? Subventions qui peuvent s’élever à 80% des sommes engagées pour tourner un film. Depardieu un grand artiste ? Mastroianni disait « au cinéma n’importe quel âne peut devenir un grand artiste ». D’autre part, combien de gens du spectacle (Delon, Aznavour, Pagny, etc.), les coureurs automobile, l’armada de joueurs de tennis, de grands patrons d’industrie, la liste serait longue et fastidieuse, combien, dis-ai-je, se sont expatriés sous les différents gouvernements de droite (chers à votre cœur) ? S’agissant du chômage montant avec lequel vous vous gargarisez, on peut dire, sans risque de beaucoup se tromper, qu’en dix ans de pouvoir, les responsables, dont vous étiez un des plus fidèles conseillers, ont laissé à la France, un passif titanesque, navrant, douloureux et déchirant pour un nombre élevé de femmes, d’hommes et de familles. La seule réussite que l’on peut mettre à leur actif c’est qu’aujourd’hui les riches sont plus nombreux et plus riches, et, que les pauvres sont plus nombreux et plus pauvres. Moi j’aurai honte de tenir les propos que vous tenez au sujet de ceux qui sucent l’argent public? Pas vous, apparemment ! Sus à ces cochons d’assistés. Des flemmards, d’odieux profiteurs, des tumeurs malignes qui rongent notre société. Au boulot ‘’gratos’’ tas de cancrelats, il faut bien compenser les menus cadeaux faits aux forces vives de la nation, ces malheureux assujettis à l’inique ISF. En extrapolant, à peine, on peut envisager que les travaux effectués par la canaille fainéante donneront aux employeurs vertueux quelque occasion de déchirantes séparations. Licenciés, sevrés de petits boulots précaires et chichement rémunérés,  une autre valetaille se retrouvera au chômage et turbinera, elle aussi, pour des clopinettes. Un STO newlook  en quelque sorte, et, comme cette main-d’œuvre s’échinera sur notre territoire, on fera l’économie de convois. Enfin,  et si tout va bien, un transfert massif vers cette nouvelle vassalité ramènera la compétitivité des soutiers français. Encore un petit effort M. St Etienne ! Proposez, donc,  la création de camps pour ces ‘’unter  meschen ‘’ ; cela permettra de lutter contre la crise du logement social et libèrera quelques taudis que les promoteurs réhabiliteront pour la bonne société.

Monsieur Saint Etienne ; de bien terribles pratiques ont commencé par des propos  empuanties de haine et assombries de sottises ! Ne l’oubliez jamais !

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 15:34

‘’Quelques fois les bras nous tombent, tant la réalité peut caramboler les certitudes des imbéciles !’’

Pourquoi je dis ça, laissant ainsi transparaître une forte colère mal contenue ? Eh ! bien ! Ce n’est pas convenable d'être en colère ! Mais maintenant que j'ai lu un livre qui me dit que je "dois m'indigner", je m'en fous ! Je laisse aller ma colère ; ça me fait du bien !

Titre d'un récent article dans la grande presse anglo-saxonne: "Statins and arthritis: cholesterol drugs's bonus benefits". (Statines et arthrite : le bonus des médicaments (de drogues) de cholestérol bénéfiques).

Derrière cet article, écrit par un(e) journaliste (je n’ai pas regardé) spécialisé(e), probablement télécommandé(e) par l'industrie des statines, on trouve une suite ininterrompue de témoignages, parfois goguenards, disant exactement le contraire du contenu de l'article : ‘’les statines font mal !’’

Pas un seul témoignage en faveur de la thèse défendue dans l'article qui prétend (plus ou moins) que les ‘’statines sont des antalgiques!’’ 

Que dit cet article ?

Il dit, sur la base de citations de rapports scientifiques, prétendument sérieux, que les statines sont de bons médicaments pour soigner les douleurs articulaires de causes variées, y compris les arthrites inflammatoires. Ne perdez pas votre temps à aller vérifier ce vulgaire marketing déguisé en rapport scientifique ! Que des médecins et des scientifiques osent encore nier les effets musculo-ligamentaires des statines laissent pantois ! Les mêmes ne voyaient pas, non plus, les effets toxiques du Médiator, et publiaient des ‘’articles scientifiques" vantant ses mérites ! Il faut donc le répéter !

Oui les statines peuvent provoquer des douleurs importantes des muscles, tendons et ligaments !

Non, vous ne rêvez pas !

Oui, ça n'est pas psychosomatique !

Non, vous n'êtes pas seul(e) à en souffrir !

Oui, les industriels et leurs experts prétendent que ce n'est pas vrai sur la base de rapports "scientifiques" multiples et variés !

Oui, vous devez remettre en question la validité de ces rapports "scientifiques" tant pour ce qu'ils disent sur la bénignité des effets secondaires (notamment douloureux, mais pas seulement) que pour ce qu'ils disent des effets protecteurs de ces médicaments. Oui, pour calmer ces douleurs vous devez arrêter ces médicaments (après en avoir parlé avec votre médecin, ne serait-ce que par courtoisie) qui vous empoisonnent et ne servent à rien, contrairement aux affirmations mensongères des pseudo-experts.

Récemment, un rapport probablement commandité par l'industrie pharmaceutique se lamentait qu'aux USA les patients qui se voient prescrire une statine leur soient infidèles: sur un échantillon de 37.000 patients, un an plus tard, seulement 30% prenaient encore leur statine. Et les auteurs, probablement de grands savants, de se demander pourquoi ? C’est à ceux qui en souffraient qu’il faut demander !

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 14:23

Répondant à un journaliste qui avait le mauvais goût de l’interroger à propos du tribunal arbitral naguère mis en place, ce vertueux trio qui octroya 45 millions d’euros ‘’au titre du préjudice moral’’ en sus des autres versements, voulant justifier de l’indépendance et du parfait bien-fondé de sa décision, Madame Lagarde a rétorqué : est-ce que vous croyez que  j’ai une tête à être copine avec Bernard Tapie ? On peut s’étonner que cette élégante boutade n’ait suscité ni analyse, ni commentaires…

Répondre à une question par une question: c'est une vieille technique dilatoire enseignée aux hussards de la vente à domicile, casant trousseaux, ustensiles de cuisine, produits miraculeux ou édifiants ouvrages rassemblant les familles le soir à la veillée. Autres seigneurs du baratin, les camelots, les bazardeurs de  salons luxueux tout cuir, de cuisines incorporées, de cheminées à insert, de vérandas et de pompes à chaleur usent, aussi, de cet artifice. Mais les bataillons de ces professionnels de la combine et de l’entourloupe sont largement surpassés par le personnel politique, élite pratiquant cette impolitesse brutale, cet irrespect absolu de l’interlocuteur, ce coup de pied bas et vicieux.

La tête à cela ? je ne sais… Mais l’esprit oui ! La brillante carrière de cette dame en atteste. Avocate d’affaire, et, de renommée mondiale se plaît-on à nous répéter, est une experte en tractations alambiquées et secrètes, en arrangements douteux, en combines obscures visant à contourner la justice et les règles. Mais cherchant, surtout, à concocter des compromis entre des puissants fort peu honorables, requins de toutes sortes qui finissent toujours par s’accommoder pourvu que ce soit le vulgaire qui paie les désastreuses conséquences de leurs malversations.

Enfin, si la Dame est une cheffesse dépourvue d’autant d’âme que de scrupules, fonctionnant parfaitement dans cette machinerie du fric, elle n’est pas bien fine… C’est une vraie gaffeuse !  Qu’aura pensé le Président complice et obligé de l’escroc ? Aurait-il, lui aussi, aux yeux de Madame Lagarde, une tête à être copain avec Bernard Tapie ? Et quelles bassesses, quelles vilénies, quelles prévarications, quelles sordides canaillerie prospèrent dans cette chaude intimité ?

J’espère que ceux qui meurent de faim en Somalie se sentiront honorés d’être en charmante compagnie : la France verse pour eux 30 millions d’euros, l’équivalent du chèque envoyé l’an dernier à Madame Bettancourt au titre du bouclier fiscal.

Le 28 juillet 2008, Christine Lagarde enjoint aux représentants de l'État au conseil de l'EPFR de ne pas s'opposer à la décision de la direction du CDR de ne pas former de recours contre le jugement arbitral concernant l'affaire Tapie!

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 10:58

Le temps de chien qui s’abat sur notre pays est à l’image de notre moral ; morose et renfrogné. Notre beau pays de France est entré dans une phase de dépression majeure. Et ce ne sont pas les déclarations critiques ou rassurantes que nous sert notre personnel politique qui va tracer le chemin qui nous mènera vers un avenir apaisant et tranquille. Nous sommes dans l’ornière, jusqu’au cou. Et, pour l’instant, nous ne possédons aucun outil pour nous en sortir. Ceux qui sont en charge de nous en fournir sont bien trop occupés à batailler pour s’assurer une parcelle de pouvoir, la plus large possible et n’ont, donc, pas le temps de s’occuper des malheurs de leurs administrés, en particulier et de leur pays en général. Pourquoi avons-nous l’impression que l’action politique joue un jeu où les acteurs ne cherchent qu’à récupérer une place, sitôt chipée par un autre qui se la fera lui-même chiper…etcetera. Pendant ce temps là :

Le chômage explose.

Les jeunes ont de plus en plus de mal à trouver du boulot.

Les seniors sont, eux, virés du leur.

Une partie non négligeable de français, est réduite aux ‘’Restos du cœur’’. Une grand contingent de nos concitoyens, vit ‘’sous le seuil de pauvreté’’.

La liste n’est pas exhaustive…loin s’en faut : mais comme la trêve des confiseurs approche…

L’économie dépend du bon vouloir des prédateurs qui ont mis la main sur une partie importante de notre industrie lourde et de sa stratégie boursière. Trop de laisser-aller ou de laisser-faire, ont permis la délocalisation compétitive et, par conséquent, la désindustrialisation de notre nation. L’idéologie ‘’libérale’’ dominante dans notre pays, a le beau rôle de parler de compétitivité, alors que la mondialisation dissymétrique, en a faussé largement le jeu ! On a trop tendance à oublier que la France est la plus vieille démocratie du monde, avec le Royaume Uni, dont personne n’oublie le particularisme. Et que le développement de la démocratie sociale, a permis d’acquérir un certain nombre de conquêtes auxquelles notre peuple n’est pas prêt de renoncer.

La dérégulation générale, initiée par Reagan et Thatcher a entrainé un désordre générale dans l’économie mondiale. Il en a permis la prise de contrôle par la finance internationale et les grands groupes industriels qui lui sont attachés. Leur but étant d’abaisser le coût du travail pour multiplier leurs profits.

C’est dans ce panier de crabes que ce débat notre pays à l’aune de la nouvelle année. Et l’environnement international, lui laisse peu de marges de manœuvres. La prise en compte de cette réalité est douloureuse et peut mener à des révoltes sociales. Révoltes qui ne risquent d’aboutir que si ces mouvements sont d’une grande ampleur internationale. La gestion de ces réalités par la sociale démocratie ne peut être bénéfique que si les petits pas qu’elle propose, sont accompagnés du courage politique d’affronter les intérêts des groupes industrialo-financiers, et, du souci permanent de justice sociale ainsi que de la préservation de la santé de la planète. La politique que nous proposait la droite, est la soumission, pure et simple, aux injonctions de l’ultralibéralisme. Mais on ne sait pas très bien où veut nous conduire la gauche. La démocratie est la possibilité, pour les citoyens, de faire des choix parmi les politiques proposées. Mais il est nécessaire que les citoyens exercent ces choix en toute connaissance de cause. En ont-ils, simplement la possibilité ? Sont-ils seulement éduqués pour cela ? Les médias (ce qu’il en reste), aux mains des grands groupes de presse (le dernier arrive du côté de Marseille) ne leur en laissent pas l’opportunité. Et l’on revient, irrémédiablement, en arrière de plusieurs décennies : pour preuve le taux de jeunes gens sans diplôme et en déshérence scolaire. ‘’Panem Et Circences’’ ‘’Du pain et des jeux’’, cette maxime qui évoque le mépris de Juvénal s’adressant au peuple Romain pour lui signifier que cela devait suffire à son quotidien. Aujourd’hui, les jeux de toutes sortes ne manquent pas ; cela rapporte un sacré paquet de pognon à l’Etat et à la FDJ. Quel scandale ! Pour entretenir des équipes de cyclistes drogués jusqu’à la moelle !!! Par contre, du pain…beaucoup en voudrait mais n’en ont pas. Alors… 2013 verra t’il le retour des lanternes ?

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 09:49

Cher Père Noël, bonjour,

Si je vous écris cette lettre, ce n’est pas pour moi. Je ne demande rien car je m’estime satisfait et favorisé, avec ma petite pension de 1500 € le mois et une santé qui, ma foi, si elle n’est pas aussi solide qu’à vingt ans, ne me donne pas trop de soucis. Si je vous écris cette lettre, c’est que je m’angoisse pour ceux qui sont privés du minimum requis pour vivre décemment avec, souvent, femme et enfants. Si je vous écris cette lettre, c’est que je m’inquiète pour tous ceux qui sont malades ou en mauvaise santé. Si je vous écris cette lettre c’est que je m’affecte pour ceux qui sont oubliés et dont personne ne s’émeut plus. Si je vous écris cette lettre, c’est que je suis bouleversé pour les femmes et les hommes privés d’emploi et surtout pour leurs enfants. Si je vous écris cette lettre c’est que je suis dérangé par le commun de ceux qui dorment dans la rue et qui son bannis de notre société. Si je vous écris cette lettre, c’est que je suis effrayé par le manque de simple justice dans le pays des ‘’Droits de l’homme’’. Si je vous écris cette lettre, c’est que je suis sidéré et abasourdi par la morgue et l’indifférence des plus aisés envers les plus pauvres. Si je vous écris cette lettre, c’est que je suis atterré par le sort de beaucoup de nos jeunes qui n’ont qu’un repas par jour et ne peuvent pas se soigner. Si je vous écris cette lettre, enfin, c’est que je m’alarme pour tous ceux qui sont privés des droits les plus élémentaires.

Vous comprenez bien, Père Noël, que ce serait inconvenant que je pleurniche sur mon sort. Je crois que je fais partie des nantis! Par conséquent, je n’ai pas besoin que vous fassiez un détour sur votre long parcours de distribution de présents et de cadeaux ! D’autant que  j’habite loin de chez vous et que ma cheminée n’a plus été ramonée depuis longtemps.

Non ! Ce que je vous demande, si vous pouvez encore le réaliser, c’est de remettre un peu d’ordre dans ce capharnaüm d’égoïsme, d’indifférence et d’inhumanité. Mettre ou remettre sur les bons rails  tous ceux qui se lamentent de leur sort et qui ne sont d’accord sur rien, mais contre tout ce qui fait une bonne société : ses valeurs fondamentales. Le respect, l’amitié, la tolérance, la  bonté, l’intelligence, en quelques sortes : ‘’Liberté, Egalité et Fraternité’’. Oui, je sais ! Je demande des résolutions qui ne sont pas prêtes à revenir. Mais je m’adresse à vous Père Noël, vous qui chaque année concédez des traineaux  de cadeaux dans le monde entier (enfin peut-être pas partout, quand même). Si vous ne pouvez rien faire, qui va pouvoir ? L’Abbé Pierre et Coluche sont morts, alors !

Par contre, j’aimerai vous recommander mes amis ; tous mes amis. Ce sont de braves gens généreux, gentils, serviables et respectueux. Je les aime de tout mon cœur et de toute mon âme. Il ne se passe pas un jour sans que mes pensées les plus affectueuses ne se tournent vers eux. Si, par hasard,  vous avez un peu de rab au fond de votre panier, faites un deuxième passage dans leurs chaussons. Et s’il ne vous reste rien, alors distribuez-leur, donc, ce que vous aviez prévu de m’apporter. Et offrez-leur du bonheur pour eux et pour tous ceux qu’ils aiment.

Voilà ! Je vous remercie par avance, Père Noël. Je sais que vous ferez votre possible. Je vous embrasse très, très fort. Et prenez bien soin de vous.

Partager cet article
Repost0

Présentation

Recherche

Liens